19 avril 2024

Situation sécuritaire préoccupante dans l’Est de la RDC : Quand le Président TSHISEKEDI exprime sa détermination à en finir avec l’agression du Rwanda

Le briefing de la presse tenue par le Président TSHISEKEDI, jeudi 22 février 2024 en rapport notamment avec la situation sécuritaire dans l’Est de la RDC fait la Une des journaux parus vendredi 23 février 2024 en RDC. A constaté infoplusrdc.com

« La Prospérité » rapporte que face à l’insécurité grandissante dans l’Est de la RDC, le Président de la République, Félix TSHISEKEDI a exprimé sa détermination à en finir avec cette agression du Rwanda. C’est ainsi qu’il s’est dit prêt à relever de la guerre contre le pays de Paul Kagame si, après toutes les discussions pacifiques et les efforts diplomatiques, cette option s’imposait comme l’ultime alternative pour ramener la paix au pays.

C’était à l’occasion du briefing spécial organisé ce jeudi 22 février 2024 à Kinshasa au Studio Maman Angebi, dans l’enceinte de la RTNC 1, à Lingwala, par Patrick Muyaya Katembwe, le ministre de la Communication et Médias, porte-parole du Gouvernement, « dont lui, le Président Félix Antoine Tshisekedi aura été, enfin, pour la toute première fois depuis son premier et, même, son deuxième mandat, le plus grand Invité de marque au Summum de l’Etat Congolais », précise le quotidien.

Pas de négociations donc entre le gouvernement RD-congolais et le M23, mouvement rebelle qui terrorise les populations civiles au Nord-Kivu. C’est la position du Président de la République, Félix TSHISEKEDI, qui l’a réaffirmée au cours de ce briefing spécial avec la presse, renchérit « Africa News ».

Pour son premier rendez-vous avec la presse RD-congolaise depuis sa réélection, Tshisekedi a donné priorité à la situation sécuritaire dans l’Est de la RD-Congo où les combats entre les forces loyalistes et les rebelles du M23, soutenus par le Rwanda, se sont intensifiés à une vingtaine de kilomètres de la ville de Goma, note ce tabloïd.

« Malgré l’avancée des rebelles, Kinshasa est de marbre. Aucune négociation possible avec ces derniers », commente « Africa News » qui ajoute que Félix TSHISEKEDI s’est dit cependant prêt à entamer des « discussions » en face à face avec Paul Kagame, véritable « agresseur » de la RD-Congo.

De Paul Kagame, TSHISEKEDI attend surtout deux éclairages : le pourquoi des massacres des populations RD-congolaises et le pourquoi des pillages des richesses du pays perpétrés par le Rwanda de l’autre côté de la frontière, fait savoir le trihebdomadaire.

Ces pillages, a précisé le Président Félix TSHISEKEDI, ne concernent pas uniquement le sous-sol mais aussi les produits de la terre, notamment le thé RD-congolais, estampillé « made in Rwanda ».

Pour TSHISEKEDI, le rôle de Kigali dans la déstabilisation de l’Est de la RD-Congo est clair : « Le Rwanda se cache derrière le M23 ».

« EcoNews » d’ajouter :

« Face au président rwandais Paul Kagame qui se sert d’une quelconque protection de la communauté Banyamulenge pour justifier son agression de la RDC depuis des décennies, le Président de la République, Félix TSHISEKEDI, lui a rendu jeudi la monnaie de sa pièce en condamnant fermement, devant la presse conviée au traditionnel briefing, toute stigmatisation de cette communauté qu’il considère comme des Congolais à part entière. A la communauté internationale, qui s’est laissé embarquer dans ce discours du président rwandais, Félix TSHISEKEDI a donc déconstruit tout ce discours rétrograde, reconnaissant aux Banyamulenges, « des tutsis congolais » de jouir, depuis toujours, de tous les droits reconnus aux Congolais ».

« Que reste-t-il donc à Paul Kagame pour couvrir ses graves crimes en RDC ? », s’interroge ce tabloïd.

Pour « Forum des As », le Président de la République a dit à haute et intelligible voix que les Banyamulenge ou tutsi congolais « sont nos compatriotes. Car il y a eu des Banyamulenges qui sont morts sous le drapeau pour la RD Congo ». Félix TSHISEKEDI a exprimé son ras-le-bol de ce discours qui consiste à discriminer ces populations et donner ainsi l’occasion au « régime barbare du Rwanda » d’envahir le Congo pour des fallacieux prétextes, indique le quotidien.

« Congo Nouveau », pour sa part, fait savoir que l’introduction d’armes de plus en plus sophistiquées, ainsi que le déploiement de moyens aériens par le groupe armé Mouvement du 23 mars (M23) et les Rwanda Defence Forces (RDF) sur le territoire de la République démocratique du Congo, suscitent des inquiétudes en RDC et aux Nations unies. Le M23 dispose d’un arsenal impressionnant, comme le soulignent les sources onusiennes et les populations encore présentes dans les zones concernées par le conflit, révèle ce Journal.

Plus loin dans ses colonnes, ce trihebdomadaire rapporte que la Russie préoccupée par les violents combats entre les forces armées congolaises et les rebelles du M23 dans l’Est de la RDC, se dit prête à discuter des paramètres selon lesquels la MONUSCO serait en mesure de fournir un certain niveau d’assistance à la Mission de la SADC en RDC (SAMIDRC) afin de restaurer la paix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Articles récents

Retour en haut