22 mai 2024

RDC-SCTP: le lancement du Port en eaux profondes est une initiative louable à plusieurs points de vue (Bertin Mudimu Tshisekedi)

La RDC sera dotée dans les prochaines années du port en eau profonde de Banana. Le lancement des travaux de construction de ce port s’est effectué le 31 janvier 2022 à Muanda (Kongo-
Central) par le Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. Le coût de ces travaux est estimé à
plus d’un milliard de dollars et vont s’achever en 2025. Ce port
permettra à la RDC d’avoir une ouverture sur la mer et surtout
d’accueillir de gros bateaux. – Quel sera l’impact socio-économique
de la construction du port en eau profonde de Banana ? Afin de répondre à cette question, la rédaction d’infoplus-rdc.com s’est entretenue dernièrement avec le Directeur chef du Département financier de la Société Congolaise des Transports et des Ports (SCTP), Bertin Mudimu Tshisekedi.

Voici quelques extraits de cet entretien: «(…) le lancement de ce port est une initiative louable à plusieurs points de vue. Si nous voulons nous situer sur le plan politique: la,,RDC aura une ouverture sur le monde extérieur. Ce port va assurer à la RDC une autonomie politique. Et aussi sur le plan de la sécurité par rapport au contact que la RDC globalement peut avoir avec le monde extérieur. À supposer qu’il y a une guerre qui nous ai imposée, nous devons avoir une source d’approvisionnement des débouchés où on peut venir avec les navires et où on peut déverser ce dont on a besoin pour combattre. Ainsi, les contacts seront facilités sur le plan interne. Et le pays ne sera pas mis en mal. Ainsi, nous aurons la sécurité maritime et politique vis à vis des pays qui nous environnent. Sur le plan économique c’est un instrument de promotion de l’investissement notamment à caractère pondéreux avec la réduction du coutumier des de transport et d’exploitation. Ainsi, ça donne un apport car l’investissement devient rentable.
Sur le plan des finances de l’État ça provoque un afflux des capitaux étrangers permettant l’augmentation des taxes payés à l’État pour améliorer notre produit intérieur brut. Ainsi l’État aura des revenus qui sont importants et qui peuvent le permettre de faire face à tous les problèmes liés à l’infrastructure, à la santé, à l’enseignement…
Sur le plan de l’emploi, il y aura le problème d’absorption de la main d’oeuvre, la réduction du chômage. Ces investissements vont permettre l’emploi d’une main d’oeuvre donnant un apport important au niveau du pays qui vont permettre d’occuper une bonne partie de la main d’oeuvre. C’est ça l’avantage de l’implantation du Port en eau profonde de Banana (…)»
Concernant la grogne sociale au sein de cette entreprise, le Directeur Chef du Département financier s’est exprimé en ces termes: «(…) cette grogne sociale est normale. Aujourd’hui les revenus que génère la SCPT ne le permet pas la prise en charge de la liquidation des salaires des agents. Aujourd’hui nous faisons seulement 3 millions de dollars par mois alors que dans le passé c’était 5 millions. Ça ne nous permet pas la prise en charge des salaires couvrant un mois. Donc, il faut 10 millions de dollars à investir dans les charges d’exploitation et dans les engagements bancaires avec les différentes institutions bancaires (…)»
Le Directeur Bertin Mudimu Tshisekedi propose la thérapeutique:
«(…) Il faut une solution combinée. La charge repose sur les actionnaires. L’État, actionnaire unique doit une intelligence créatrice pour trouver la solution de la stabilisation et de la relance. C’est une situation conjoncturelle. Avec les perspectives bonnes et heureuses de l’économie congolaise, la SCTP va reprendre du tonus et retrouver ses lettres de noblesse(…)»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Articles récents

Retour en haut