19 juin 2024

RDC : La CDKin s’investit dans la construction des bateaux respectant les normes pour la sécurité des voies navigables.

Il s’est tenu le lundi 14 février courant au Ministère des affaires étrangères, une réunion entre la Coordination de la Diaspora Congolaise de Kinshasa CDKin et les Constructeurs fluviaux et lacustres congolais.

Au menu de leurs discussions, il se dégage un constat malheureux, les cas de naufrage sur les voies navigables en RDC connaissent une montée inquiétante a déploré Francis Luther TOMBOLO KALOMBO. Quatre naufrages déjà recensés depuis qu’il est à Kinshasa, avec un nombre important des pertes en vies humaines dont majoritairement les femmes, a fustigé le Coordinateur général de la CDKin. Il a martelé que cette tragédie doit impérativement s’arrêter par la mise en service des bateaux qui répondent aux normes de construction navales sécurisant au maximum les passagers et les marchandises dans l’embarcation.

En même temps on résoud le problème de la sécurité des flottes sur les voies navigables, on répond également à la difficulté d’évacuation des aliments de centres de production vers ceux de consommation a précisé Francis Luther TOMBOLO Coordonnateur général de CDKin, car poursuit il, les agriculteurs, éleveurs, pêcheurs à travers les coopératives que les congolais vivant à l’étranger ont mis en place, travaillent et produisent malheureusement, leurs productions moisissent faute de moyens de transport sûr pour leur permettre d’acheminer leurs productions vers les villes et grandes agglomérations et permettre la baisse des prix sur les marchés, combattre les produits importés souvent de mauvaise qualité, parfois nuisibles à la santé, en encourageant la consommation locale.

C’est la raison pour laquelle le Coordinateur général de la Diaspora congolaise de Kinshasa en même temps Secrétaire général de la Pastorale Congolaise Européenne, a réuni les Constructeurs fluviaux et lacustres et ceux appartenant à l’Association des Constructeurs Navals et Techniciens au Congo ACONATECO, pour réfléchir ensemble en vue de se mettre à l’action pour combattre les problèmes ci-haut évoqués.

En outre, Le SG F.L TOMBOLO a annoncé à la presse qu’en date du 2 mars prochain se tiendra une cérémonie de présentation des bateaux construits par un compatriote le DG de l’entreprise Congo Réservoir, à la même occasion une prière sera faîte pour implorer le pardon de Dieu et sa grâce pour les morts des naufrages qui se sont succédés dont le sang crierait vengeance a-t-il estimé. Cette prière qu’il considère qu’elle va libérer l’atmosphère spirituelle déterminerait le succès des activités qui se tiendront dans la suite. Il a enfin annoncé une tournée prochaine dans plusieurs pays au monde pour montrer les opportunités alléchantes d’investir en RDC dans tous les secteurs ; du 28 avril au 1er mai en Belgique, France, Allemagne, Sénégal, Inde, Turquie, du 1er au 5 novembre à Washington, pour le Forum économique de la Diaspora.

Par sa part Ir Jean-Pierre DIANKANU Constructeur fluvial et lacustre, vice-président de l’ACONATECO a reconnu que plusieurs naufrages sont causés par des baleinières en bois, d’où la nécessité de construire des embarcations métalliques ou en composite.Il a salué à cet effet, la cérémonie de 2 mars au beach Ngobila qui permettra à l’ACONATECO en partenariat avec la Diaspora Congolaise de Kinshasa de montrer à la face du monde que les bateaux d’origine congolaise peuvent aussi flotter sur les eaux nationales, un message éloquent que les congolais sont aussi intelligents pour prendre leur destin en mains au lieu que les expatriés continuent à exploiter les ressources du pays à leur profit et utiliser l’intelligence congolaise pour la construction des unités navales.

L’ingénieur JP DIANKANU a en enfin dévoilé que la date du 3 mars, un jour après, on procédera au Carnaval des bateaux qui va quitter le centre-ville jusqu’à la commune urbano-rural de Maluku.Cet événement sera une démonstration de force, pour prouver au monde que les congolais sont capables de se prendre en charge

De son côté, l’ingénieur José MAPOTA ZOLA expert fluvial et lacustre a rappelé que les bateaux ont commencé à être construits en RDC en 1987 mais l’existence d’une structure regroupant les constructeurs des bateaux ne verra le jour qu’en 2010. Mais fort malheureusement, déplore t-il, au sein de cette structure, il y a des constructeurs qui fabriquent des bateaux sans respecter les normes de construction. Il a salué à cet effet l’initiative des congolais de la diaspora, qui ont quitté l’Europe, le confort, pour venir contribuer au bien-être de leurs compatriotes.

Ils ont mobilisé des fonds nécessaires pour cette fin, ces fonds doivent servir à des actions concrètes et profitables à toute la communauté, ils ne doivent pas être gaspillés. D’où la raison de leur présence, des experts en matière, qui sont là pour faire respecter les normes de construction des bateaux, en prodiguant des conseils utiles pour que les résultats soient satisfaisants a-t-il précisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Articles récents

Retour en haut