24 mai 2024

RDC-CENI: lancement des travaux préparatoires du cadre de concertations avec les personnes
vivant avec handicap de la composante genre et diversité

Le 2ème vice-président de la commission électorale nationale
indépendante (CENI), Didi Manara a, au nom du président Denis
Kadima Kazadi, lancé les travaux préparatoires du cadre de
concertations entre la Centrale électorale et les personnes
vivant avec handicap (PVH) issues de la composante genre et diversité. Rapporte la Cellule de Communication de la CENI.

« La catégorie que vous représentez au regard des statistiques à notre possession établies en 2021, c’est
en fait 10 millions des personnes vivant avec handicap parmi les Congolaises et Congolais. Soit un dixième de la population. Laisser cette catégorie de côté par rapport à ce processus au bout duquel la population ellee-même va choisir ses propres dirigeants serait complètement absurde. C’est pourquoi, la Centrale electorale a deux objectifs majeurs : c’est de vous
confirmer qu’effectivement vous faites partie intégrante du processus mais bien plus, tenir compte de vos suggestions en vous écoutant pour intégrer tout cela dans nos travaux en cours d’évolution » , a rassuré i Didi
Manara.


Et à Denis Kadima Kazadi qui a rejoint les autres membres de la
CENI de renchérir: « Un autre point assez important évoqué en rapport
avec l’intégration des personnes vivant avec handicap dans certaines de nos réunions thématiques. Il faut
avouer que si cela n’a pas été fait, c’est une omission à corriger. Désormais, il faudrait donc les associer. Lors
de mon séjour dernièrement à Washington au siège d’IFES (Fondation internationale pour les systèmes électoraux), force est de reconnaître qu’ils ont innové
sur un certain nombre de choses notamment sur la participation intégrale de cette catégorie de nos
semblables au processus électoral. Nous devrions donc nous en inspirer en vue d’améliorer notre système
électoral. On peut toujours apprendre des autres. Il y aussi la question des quotas sur les listes des partis
politiques. Cela dépend évidemment de ces formations politiques, mais au niveau de la CENI, on peut toujours
faire du lobbying, des plaidoyers et attirer l’attention des décideurs. Si la loi pouvait changer, on aurait
institué un quota. En somme, c’est une bataille, c’est dans notre agenda, qui devra se poursuivre concernant
notre rôle de conseil auprès du gouvernement, au Parlement. Que vos propositions deviennent une
réalité ! » .

La rencontre de ce jour était l’occasion de mettre en place des
mécanismes de collaboration pour des propositions avec un suivi en ce qui concerne les personnes vivant avec handicap.


Ces dernières ont proposé les dépôts des candidatures via internet pour des personnes à mobilité réduite. « Ce n’est nullement du domaine de l’impossible. Une piste qui peut être
explorée et même exploitée », a répondu Denis Kadima.

La CENI a une nouvelle fois martelé sur sa ferme volonté de réaliser un processus électoral le plus inclusif possible. La représentante de international republican institute (IRI), Majda Elbied et celui de la fondation international pour les systèmes électoraux (IFES), Mountaga Sylla s’est félicité du partenariat avec la CENI qui a la responsabilité de mener à bon port la mission qui lui est assignée, celle d’organiser des élections inclusives

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Articles récents

Retour en haut