17 avril 2024

RDC: A l’heure des nouveaux permis de conduire biométriques sécurisés avec puce

Un accord a été signé le mardi 8 février 2022 à Kinshasa entre le Gouvernement congolais et la société allemande Mühlbauer qui accepte de mettre sa technologie pour la fabrication des nouveaux permis de conduire sous forme de carte à puce. A constaté infoplus.

Cette cérémonie a connu la présence des Ministres des PTNTIC, Augustin Kibassa Maliba, du Numérique, Eberande Kolongele, des Transports, Chérubin Okende, ainsi que du vice-premier Ministre, Ministre de l’Environnement, Eve Bazaïba, qui a représenté le Premier ministre.

L’occasion faisant le larron, une maquette de ce que devra être ce nouveau permis a été remis à la representante du Chef du gouvernement qui, à son tour, a remis le spécimen au Ministre des Transports. Ce document, souligne-t-on, devrait permettre à leur titulaire de conduire en RDC, mais aussi au niveau international, puisqu’il sera produit selon les normes ISO, donc conforme aux standards internationaux.

Les titulaires de ce permis n’auront plus besoin, en cas d’un voyage à l’étranger, de chercher un permis de conduire international. «(…) ceci est donc un aboutissement d’un long processus (…) ce permis biométrique contiendra 22 éléments de sécurité visibles et invisibles (…) il sera infalsifiable (…) notre entreprise et son partenaire technique, la société allemande Mühlbauer, numéro 1 mondial dans l’impression des documents sécurisés et la fourniture des systèmes de sécurité biométriques, offrent une solide garantie quant à la production de ces permis de conduire (…)», a expliqué Marc Jabbour, Directeur général de OTOJUSTE, entreprise qui devra produire ces documents.

Pour sa part, Chérubin Okende, autorité contractante du projet, s’est exprimé en ces termes: «(…) la cérémonie de ce 8 février, se veut une rupture avec un passé vieux de 5 ans, pendant lesquels les conducteurs automobiles de notre pays n’avaient pas de document officiel leur reconnaissant ce statut. Cette situation ne pouvait nullement s’accommoder avec un État de droit (…) c’est donc un motif de légitime fierté que de célébrer solennellement l’aboutissement de ce processus (…)».

Si l’on en croit le Ministre des Transports, le premier permis biométrique doit être délivré avant le début du deuxième semestre de cette année. 5 millions d’exemplaires devront être produits. Le contrat entre le gouvernement de la RDC et l’entreprise OTOJUSTE s’étale sur 10ans, et est chiffré à 85 957 585 de dollars américains.Le Ministre des Transports a rappelé quec’est après le constat des manœuvres de falsification de ce document que le ministère des Transports avait décidé, le 18 septembre 2017, de la suspension de sa délivrance. Pour Chérubin Okende, la problématique du permis de conduire en RDC tourne autour de deux thématiques, à savoir, la fiabilité des conditions de son acquisition et l’authenticité du document lui-même.

La double préoccupation est donc résolue avec le permis biométrique à venir.Ce contrat signé et qui devra être soumis au Premier ministre pour approbation, compte 3 composantes : la production de 5 millions des permis biométriques avec puce ; la fourniture et l’installation des équipements pour la production de ces documents; la construction, en matériaux durables, et l’entretien de 20 bâtiments (pour 20 sites dans différentes provinces) devant abriter les centres de délivrance des permis.L’entreprise OTOJUSTE devra financer à 100% toutes les activités.Le prix du permis biométrique à venir fera l’objet d’un arrêté interministériel entre le ministère des Finances et celui desTransports.Il sied de rappeler que la RDC a arrêté la délivrance du permis depuis septembre 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Articles récents

Retour en haut