19 avril 2024

Prévoyance Sociale: la CNSS compte sur la CIPRES pour la gestion et l’émergence des régimes de Sécurité Sociale durables

Commencé le lundi 25 juillet 2022 à Kinshasa, le Séminaire des responsables en charge de la formation et du développement des compétences des organismes de Prévoyance Sociale de la zone CIPRES, a connu son point d’orgue le vendredi 29 juillet 2022. À cet effet, les participants ont recommandé à la CIPRES, notamment le renforcement des actions d’appuis à l’endroit des opérateurs de saisie (OPS), la mise en place d’un mécanisme de suivi-évaluation et la vulgarisation des différents outils juridiques et comptables de la CIPRES. A constaté infoplus-rdc.com

De prime abord, le Directeur Général de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS), le Docteur Jean Simon MFUTI KIAKU a rendu ses hommages les plus deferents au Chef de l’État congolais, Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO pour sa sollicitude constante, son engagement permanent et son investissement dans la mise en œuvre des mécanismes qui permettront d’aller progressivement vers une protection sociale accessible à tous.

Avant d’indiquer que la CNSS compte sur l’accompagnement de la CIPRES qui sera sollicitée à chaque fois que le besoin se fera sentir. Non sans émettre le vœu de voir les résolutions et recommandations de ce Séminaire aboutir à des actions concrètes et concertées avecl’appui des gouvernements respectifs.

«(…) L’amélioration de l’efficacité professionnelle à travers la formation et le développement des compétences représente une dimension essentielle de la gestion des organismes de prévoyance sociale car, la meilleure performance de ces organismes est généralement le reflet de la qualité du capital humain dont ils disposent (…)», a indiqué le Directeur Général de la CNSS.

Et de renchérir: «(…)En effet, il est illusoire de penser développer la sécurité sociale sans se préoccuper de ses animateurs, des personnes qui, au quotidien, travaillent d’arrache-pied pour fournir des services et prestations divers en vue de garantir la viabilité et la pérennité de leurs régimes (…) ».

Avant d’ajouter: «(…) Les travaux du présent séminaire ont révélé la nécessité pour la CIPRES de concevoir une politique commune de formation cohérente,adaptée et efficiente pouvant permettre aux organismes de prévoyance sociale de disposer des ressources humaines compétentes et capables de participer à la gestion et à l’émergence des régimes de sécurité sociale durables (…) ».

«(…) C’est à la CIPRES et aux organismes des pays membres, chacun dans sa sphère d’attribution, d’implémenter les recommandations issues de ces travaux, afin que celles-ci ne restent pas au niveau de bonnes intentions non suivies d’actes concrets », a conclu en filigrane le DocteurJean Simon MFUTI KIAKU.

En clôturant officiellement les travaux de ce Séminaire, au nom de Madame le Ministre de l’Emploi, Travail et Prévoyance Sociale, Claudine NDUSI M’KEMBE, le Directeur de Cabinet, Jean-Jacques PURUSI, a exhorté la CIPRES, de par son expérience en matière des règles applicables aux organismes de prévoyance sociale, à participer au développement de l’Afrique, à travers la sécurité sociale.Il a martelé que la formation et le développement des compétences occupent une place de choix dans l’administration des organismes de prévoyance sociale, car il n’est pas possible d’améliorer le rendement des caisses s’il n’y a pas une meilleure compréhension de leur responsabilité.

« (…)Je voudrais ici réitérer la volonté de notre Ministère à accompagner les acteurs de la sécurité sociale de la RDC dans cet élan, du reste salutaire pour tout projet de développement (…)», a-t-il souligné en substance.

Lors de sa prise de parole, le représentant de la CIPRES, Marco Fanomezantsoa, s’est dit satisfait des résultats atteints à l’issue de ce séminaire, car les travaux, a-t-il affirmé, ont mobilisé des expériences et des expertises considérables, pour la constitution d’un vaste champ de connaissances en matière de gestion de compétences, de formation mais aussi de formulation des ébauches référentielles de base.

Abondant dans le même sens, le représentant la Secrétaire Exécutive de la CIPRES, Marco Andria Manalina, s’est exprimé en ces termes: « (…) La CIPRES, initiateur de ce séminaire, prend l’engagement d’accompagner tous les organismes à déployer toutes les solutions obtenues (…) Sans vouloir reprendre les résolutions que vous avez présentées, j’aimerais souligner que les besoins de formation identifiés, vont contribuer à la création de cursus du développement de compétences propres à notre zone, à travers un appareil de formation institutionnelle communautaire et des autres proximités à adapter (…) Je cite le développement d’autres formations digitales et la planification de programmes de formation continue pour la zone CIPRES (…)», a-t-il souligné.

Et de poursuivre: «(…) La CIPRES a pris l’engagement d’accompagner la mise en pratique des résolutions issues de ces assises (…) Pour ma part, je voudrais rassurer que le Secrétariat Exécutif de la CIPRES, initiateur de ce séminaire, prend l’engagement d’accompagner tous les organismes à déployer toutes les solutions obtenues (…)».

À titre de rappel, ces assises, ont porté sur les axes stratégiques de la gestion des ressources humaines, les emplois, la gestion prévisionnelle des emplois et de compétences, évaluation annuelle référentielle des emplois et des compétences, le processus d’élaboration du plan de formation annuel, les besoins clés en termes de formation par emploi.

Les réflexions menées par les participants à ces assises ont dégagé 12 besoins prioritaires en formation, à savoir : le management de projets; la gestion de recouvrement de cotisations sociales et contrôle employeur; de l’hygiène; la santé et sécurité au travail; du système de management qualité; de la cartographie de risques; de ligne directrice AISS; de la gestion électronique de documents; la gestion financière…

Il sied de noter qu’à la fin des travaux, les 48 acteurs du domaine des ressources humaines de Burkina Faso, Centrafrique, Comores, Bénin, Niger, RDC, Congo, Gabon, Togo, Côte d’Ivoire, Tchad, Guinée Bissau, Mali, Sénégal, ayant participé au séminaire, ont été conviés à une visite dans les installations du siège national de la CNSS.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Articles récents

Retour en haut