19 juin 2024

Journée Internationale des forêts : « L’une de nos priorités de l’heure c’est d’aider la RDC à valoriser son potentiel forestier et de s’investir dans la finance carbone pour mobiliser des ressources à la hauteur de ses ambitions de Développement Durable », Rokya Ye Dieng

L’humanité tout entière a célèbre mardi 21 mars 2023 la Journée Internationale des forêts. En RDC, cette Journée a été marquée par la visite de travail à Kinshasa du président de la COP15 de la Convention Cadre des Nations Unies sur la Désertification et la Dégradation des Terres (CNULCD), Alain Donwahi du 20 au 21 mars 2023 afin de présenter la feuille de route des travaux de la COP 15 de la CNULCD et faire le point des progrès de la RDC vers la réalisation des objectifs de la convention. A constaté INFOPLUSRDC.COM.

Il était egalement question de renforcer les synergies entre les trois Conventions de Rio, notamment les complémentarités dans la mise en œuvre de ces traités en RDC, d’explorer les opportunités de partenariat et de mobilisation de ressources pour soutenir des programmes environnementaux en RDC et dans le Bassin du Congo.

Au cours de la présentation et des échanges au siège du PNUD où le président de la COP 15 a été reçu, Madame Rokya Ye Dieng, Représentant Résidente Adjointe du PNUD en RDC s’est exprimée en ces termes :

« (…) Nul besoin de rappeler que la dégradation des terres et la déforestation constituent un défi majeur pour le développement économique et social de la RDC, qui possède des ressources naturelles exceptionnelles avec de vastes terres arables et abrite la deuxième forêt tropicale du monde. Elles contribuent en effet à la dégradation des systèmes de production, à la baisse des rendements agricoles et l’exacerbation de la pauvreté. Globalement elles portent atteinte à la productivité et à la santé (…) l’enjeu est aussi crucial pour la lutte contre le réchauffement climatique et la conservation de la biodiversité. Consciente de ces enjeux, la RDC, a signé et ratifié la Convention-cadre des Nations Unies sur la désertification et la dégradation des terres depuis 1997. Dès lors, le Gouvernement a entrepris une série de programmes, notamment le Programme d’Action National de Lutte Contre la Dégradation des terres et la Déforestation en 2006, le Programme de définition des cibles de neutralité en matière de dégradation des terres (PDC/NDT) en 2016 et tout récemment le Programme présidentiel de reboisement en 2020 (…) », a-t-elle relevé.

Et de poursuivre : « (…) D’autres stratégies et programmes ont aussi été mis en place dans le cadre des deux autres conventions de Rio. Le pays s’est aussi doté de sa CDN avec des objectifs d’atténuation et d’adaptation ambitieux et se positionne comme un pays solution à la crise climatique. Toutefois, force est de constater que l’impact et les bénéfices des politiques adoptées sont encore loin d’être atteints. Leur financement constitue un défi (…) le PNUD en tant qu’agence des Nations Unies pour le développement accompagne la RDC dans la réalisation des ODD dans le cadre de l’agenda 2030 du développement durable. Nos interventions couvrent plusieurs domaines en lien avec l’environnement et le changement climatique. La gestion durable des ressources naturelles est au cœur d’un pilier entier de notre Programme de coopération avec le gouvernement de la RDC. Le plus gros volume de notre portefeuille porte sur la REDD+ avec une enveloppe globale de plus de 70 millions USD, avec un focus sur la gouvernance forestière, l’agriculture durable, l’aménagement du territoire, la consommation durable et la substitution partielle au bois énergie, la conservation (…) ».

Avant d’ajouter : « (…) L’une de nos priorités de l’heure c’est d’aider le pays à valoriser son potentiel forestier et de s’investir dans la finance carbone notamment les marchés de carbone pour mobiliser des ressources à la hauteur de ses ambitions de développement durable du pays. Pour ce faire, nous devons nouer des partenariats stratégiques et promouvoir la coopération Sud-Sud (…) En RDC, la réussite de la mise en œuvre au niveau pays des 3 conventions de Rio (désertification, changement climatique et biodiversité) passe nécessairement par des actions concertées et la mobilisation des ressources. Je reste convaincu que votre plaidoyer permettra de mobiliser et d’engager de façon pragmatique le Gouvernement et ses partenaires autour de la question de la restauration de la forêt et des terres dans ce pays, que vous avez décidé de visiter au moment même où l’humanité célèbre la journée internationale des forêts.L’acte que nous allons poser ce jour aussi bien avec les plus hautes autorités de ce pays qu’avec les élèves est de très haute portée. c’est la traduction d’une prise de conscience toujours plus grande, de la nécessité d’agir collectivement et individuellement pour restaurer l’importance de l’arbre et de la forêt comme facteur de bien-être et de développement (…) je voudrais terminer mon propos en réitérant la disponibilité de notre Bureau à élargir le partenariat entre le PNUD et la Présidence de la COP15 dans la suite logique du notre Hub sous régional pour l’Afrique de l’Ouest et de Centre, pour intensifier la lutte contre la déforestation, la désertification et l’épuisement des terres cultivables en RDC (…) »À titre de rappel, le PNUD est le réseau mondial de développement dont dispose le Système des Nations Unies. Il prône le changement, et relie les pays aux connaissances, expériences et ressources dont leurs populations ont besoin pour améliorer leur vie. Cette Agence onusienne est présente sur le terrain dans 166 pays, les aidant à identifier leurs propres solutions aux défis nationaux et mondiaux auxquels ils sont confrontés en matière de développement. Pour renforcer leurs capacités, ces pays peuvent s’appuyer à tout moment sur le personnel du PNUD et son large éventail de partenaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Articles récents

Retour en haut