22 juin 2024

Intégration du Genre dans les axes d’intervention des Projets : des cadres des entreprises formés grâce à ONU FEMMES

30 cadres de l’unité de coordination du projet et les parties prenantes du Projet d’Appui au Développement des Micros Petites et Moyennes Entreprises (PADMPME) ont été à l’école de l’intégration du genre dans toutes les étapes des projets. A constaté infoplus-rdc.com

Cette session organisée par ONU-Femmes en collaboration avec l’Unité de Coordination du PADMPME du 19
au 20 mai 2022 à Kinshasa, s’est adressée spécialement aux cadres de l’Unité de Coordination du Projet (UCP),  aux autres partenaires clés qui n’avaient pas participé aux sessions de 2021. Il s’agit de ANAPI, INS, ANADEC, Ministère des PME.

Si l’on en croit les organisateurs, cet Atelier avait pour objectifs notamment, le renforcement des compétences des acteurs du Projet PADMPME sur les principes de l’égalité entre hommes et femmes et à l’intégration de la dimension genre dans les différentes interventions du Projet. Non sans outiller les parties prenantes au PADMPME sur la prise en compte du genre dans les propositions des textes sur le Micro, Petites et Moyennes Entreprises.

Répondant aux questions de la presse lors de l’ouverture des travaux, le Coordonnateur de l’unité de
coordination du projet PADMPME, Alexis Mangala Ngongo, s’est exprimé en ces termes:

«(…) l’objectif de cette rencontre est d’emmener les participants à pouvoir intégrer l’aspect genre dans leurs activités. Il y a le PADMPME et les
parties prenantes qui sont Anadec, le guichet unique, l’ANAPI, l’INS… Donc, les parties prenantes à ce projet qui a un focus sur l’entrepreneuriat féminin, met un accent particulier sur
le genre (…)»

À l’issue de cet Atelier, la Directrice Générale adjointe de l’Institut National des Statistiques (INS), Madame Brigitte Kisimba, a témoigné: «(…) En tant que cadre de l’INS, j’ai vu l’importance dans la réalisation des projets. C’est-à-dire qu’il faut les données (…) En tant que
femme, c’était important que j’apprenne que le genre ce n’est pas seulement favoriser la femme ou appuyer la femme, mais le genre c’est de prendre en compte toutes les personnes défavorisées parce qu’à l’époque quand on me disait genre je
voyais seulement homme-femme. Et aujourd’hui on me dit qu’une personne vivant avec handicap aussi concernée (…) Ainsi travailler avec le genre c’est le tirer aussi pour qu’on avance ensemble (…)»

Il sied de rappeler que le Gouvernement de la RDC a obtenu de la Banque Mondiale un crédit pour financer le Projet d’Appui au Développement de Micro, Petites et Moyennes Entreprises (PADMPME), dans le cadre de sa stratégie de développement du secteur privé.

L’objectif de développement du PADMPME est d’appuyer la croissance des MPME et d’accroître les opportunités d’emploi et d’entreprenariat pour les jeunes et les femmes dans les zones ciblées (Matadi, Lubumbashi, Goma et Kinshasa).

Dans sa sous composante «Amélioration de l’environnement des affaires», ONU FEMMES à signé un partenariat avec le Gouvernement pour contribuer à sa réalisation. L’amélioration de l’environnement des affaires sous entends entre autres la mise en place d’un cadre juridique propice, la prise en compte des aspects de genre.

Dans ce cadre et fort de l’avantage comparatif de ONU FEMMES, il est question de renforcer les capacités des parties prenantes en l’occurrence les cadres de l’Unité de Coordination du Projet (UCP), et les parties prenantes au programme, les entités étatiques et services sectoriels et les autres partenaires au projet sur l’intégration du genre dans tous les axes de leurs interventions.

Le projet a déjà réalisé cinq sessions de formation dont 2 à Kinshasa et 3 à Lubumbashi, Goma et Matadi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Articles récents

Retour en haut