17 avril 2024

Innovations de la Loi Electorale: Les femmes leaders outillées surleur participation au processuspolitique inclusif grâce à ONU FEMMES, PNUD et NDI

Soutenir un processus politique plus inclusif en RDC à travers une prise en compte des femmes et des jeunes; Promouvoir leur participation politique; Renforcer leur capacité à participer de manière égale en politique en tant que militantes, candidates, électrices, membres de la Société Civile, membres ou dirigeantes de partis politiques, responsables gouvernementaux et dirigeantes élues. Tels sont les principaux objectifs d’un Atelier de Renforcement des Capacités des Leaders Politiques sur les Innovations de la Loi Electorale organisé par ONU FEMMES, National Democratic Institute (NDI) et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) du 15 au 16 août 2022 à Kinshasa. A appris infoplus-rdc.com des sources proches des organisateurs.

Lors de son exposée, le Spécialiste en Charge du Partenariat et de la Mobilisation des Ressources au PNUD, François ELYKA, s’est exprimé en ces termes: «(…) Pendant deux jours, ONU FEMMES, NDI et le PNUD entendent soutenir ces échanges dans le but de pacifier les partis politiques (…) Nous sommes donc en train de voir des stratégies à mettre en place pour une bonne politisation des femmes en prévision des élections prochaines, pour renforcer la mobilisation des femmes et leur visibilité aux échéances électorales (…) Beaucoup des partis politiques se plaignent du faible engagement des femmes en politique (…) D’où la nécessité d’échanger avec les responsables de différentes associations pour passer en revue des stratégies, des leçons apprises et des bonnes pratiques, faisant école ailleurs, afin d’aider à une politisation responsable des femmes(…)»

Abondant dans le même sens, le Chargé des questions Genre et Elections au niveau de ONU FEMMES en RDC, Me Pacifique NKUNZI, a décortiqué la thématique: «Les innovations de la Loi Electorale : les opportunités pour plus de participation des femmes au processus électoral, et capitalisation des acquis de la Loi Electorale ». Ce, en se focalisant sur les instruments juridiques nationaux et internationaux qui traitent les questions de l’implication des femmes dans le processus électoral. Il s’agit notamment, de la Communauté de Développement de l’Afrique Australe (SADC), de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL), de l’Union Africaine (UA), de la Communauté Economique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC), du Protocole de Maputo et de la Convention relative à l’Elimination de toutes formes de discrimination et la Constitution de la RDC. Non sans démontrer aux membres des partis politiques et cadres présents à cette session d’échanges, les pertinences de différents textes et lois qui gèrent ces questions, ainsi que la manière dont les partis politiques peuvent intégrer les aspects de la dimension Genre dans les questions électorales.

À l’issue de cette session du dialogue, les leaders des partis politiques et leurs membres se sont doté d’un acted’engagement qui, désormais leur permettra d’agir comme des champions pour les questions de leadership des femmes. Ceci, après avoir analysé le rôle des partis politiques dans la promotion du Genre de manière à soutenir leurs efforts en cette période préélectorale.

Clôturant les travaux de cet Atelier, le Délégué du Représentant résident du PNUD, Joseph OJI, a souligné que l’objectif principal de cette session étaitd’offrir un cadre de réflexion et d’échanges pour permettre aux responsables des partis politiques de s’engager pour la promotion des femmes au sein des partis.

À l’en croire, cette rencontre est tombée à point nommé, afin de définir des stratégies efficaces devant conduire à un alignement approprié des femmes y compris des jeunes et des personnes vivant avec handicap sur les listes électorales.

Cette session, a-t-il indiqué, a amené les uns et les autres à élargir leurs connaissances sur les instruments juridiques et politiques internationaux, régionaux et nationaux relatifs à la promotion du Genre.

Les informations et les connaissances apprises, lors de la session,a noté Joseph OJI, a permis à tous les participants de se rendre compte de l’urgence de l’évaluation de la conformité des partis politiques aux exigences contenues dans les divers traités, conventions et normes favorables aux besoins spécifiques des hommes et des femmes, notamment en termes de la représentation de leur leadership au sein de l’espace de prise dedécision.

Pour les organisateurs notamment ONU FEMMES, NDI et PNUD,c’est un challenge pour jauger le visage réel des machines des partis politiques, notamment en ce qui concerne leur réceptivité par rapport aux besoins des femmes en termes de leur alignement sur les listes électorales et leur accompagnement de manière appropriée pour en faire des pions gagnants lors des scrutins à venir. Il sied de noter que Lubumbashi dans la Province du Haut-Katanga et Goma dans le Nord-Kivu sont les prochaines étapes de cette session d’échanges. Les 26 et 27 septembre 2022 pour Lubumbashi et du 10 au 13 octobre 2022 pour Goma.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Articles récents

Retour en haut