19 juin 2024

Gestion Durable des Tourbières dans le Bassin du Congo : La mise en œuvre d’un Projet sécurisant les réserves cruciales de la biodiversité au coeur d’une Réunion Technique à Kinshasa

Avoir une meilleure compréhension du Projet « Sécuriser les réserves cruciales de la biodiversité, de carbone et d’eau dans les tourbières du Bassin du Congo grâce à une prise de décision éclairée et une bonne gouvernance » et de sa contribution dans la mise en place d’un environnement favorable à la gestion durable des tourbières de la RDC. Permettant ainsi de présenter l’approche opérationnelle du projet par axe de travail ; Avoir une vue d’ensemble du cadre stratégique nationale de gestion des tourbières ; Renforcer les synergies opérationnelles et la complémentarité entre les activités du Projet et la Feuille de route nationale sur les tourbières ; Définir un mécanisme de suivi concerté de la mise en œuvre du Projet. Tel est l’objectif primordial de la Réunion Technique tenue jeudi 30 mai 2024 à Kinshasa par des Experts en présentiel, représentant les Institutions, le Programme des Nations-Unies pour l’Environnement (UNEP) ainsi que d’autres partenaires de mise en œuvre qui étaient en ligne. A constaté infoplusrdc.com

Pour les organisateurs, cette rencontre est une belle opportunité pour les parties prenantes gouvernementales, de la Société Civile et du secteur privé d’avoir une meilleure compréhension dudit Projet et de sa contribution dans la mise en place d’un environnement favorable à la gestion durable des tourbières de la RDC. C’est dans cette optique que le Chef de l’Equipe du Bassin du Congo, UNEP-Kinshasa, Georges Neba Akwah, a, lors de sa prise de parole, circonscrit le contexte de ces assises :

« (…) En tenant compte de l’importance des solutions basées sur la nature dans l’atténuation du climat mondial, la RDC qui dispose d’une superficie de 111400 km2 de tourbières, avec un stock de carbone évalué à 21,5 de giga tonnes dans les zones ayant jusqu’ici fait objet de prospection, est engagée dans le processus d’élaboration d’une stratégie d’une stratégie nationale de protection et de valorisation de cet écosystème, sur la base de la vision nationale : « Protéger les tourbières pour le peuple et la nature » (…) Dans ce contexte, la République Fédérale d’Allemagne représenté par le Ministère Fédéral de l’Environnement, de la Protection de la Nature, de la Sécurité Nucléaire et de la Protection des Consommateurs (BMUV) et le Programme des Nations-Unies pour l’Environnement (PNUE) ont signé en décembre 2021, dans le cadre de l’initiative international pour le climat (IKI), un accord de subvention par lequel le BMUV met à la disposition du PNUE, un financement pour la mise en œuvre du Projet « Sécuriser les réserves cruciales de la biodiversité, de carbone et d’eau dans les tourbières du Bassin du Congo grâce à une prise de décision éclairée et une bonne gouvernance » (…) », a-t-il mentionné.

Et de jeter la lumière sur l’historique du Projet : « (…) Ce Projet débuté le 1er janvier 2022 et coordonné par le PNUE, bénéficiaire de la subvention avec comme partenaire principal de mise en œuvre, le Fonds des Nations-Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO). Il prendra fin le 31 décembre 2027 après avoir contribué à maintenir, grâce à une prise de décision basée sur des preuves et une bonne gouvernance, la biodiversité et les fonctions clés (lieés au reserve de carbone et aux ressources en eau) du paysage du Lac Télé/Tumba et renforcé les moyens de subsistance des communautés vivant dans ce paysage (…) ».

Avant de rajouter : « (…) Pour atteindre ce résultat soutient le Gouvernement (République du Congo et République Démocratique du Congo) et les communautés dans le processus d’atténuation des impacts du changement climatique et du développement sur la biodiversité, l’eau et le carbone dans le paysage du Lac Télé/Tumba, avec une attention particulière pour les tourbières qu’il abrite. En collaboration avec les parties prenantes nationales avec ses experts internationaux, ce projet contribue à la mise en place d’un environnement favorable d’un développement respectueux de la biodiversité grâce à des plans d’aménagement du territoire intégrés efficaces, à des approches, méthodes et outils de collecte des données améliorés facilitant la surveillance des tourbières et de l’eau et la promotion de moyens de subsistance durables (…) ».

Ouvrant les travaux de cette Réunion Technique, le Secrétaire Général du Ministere de l’Environnement et Developpement Durable (MEDD), Benjamin Toraimbe, a fait savoir que placé sous l’égide institutionnelle du MEDD, les activités de ce Projet sont déployés sur le terrain avec l’appui de la FAO et du WWF, avec la participation des Institutions de Recherche, des Universités, de la Société Civile et du secteur privé.

Au menu de ces assises, notons l’adoption de l’agenda par la chargée de programmes UNEP-Kinshasa, Annie-Claude Nsom Zamo qui a exposé sur « le Projet tourbière du Bassin du Congo: objectifs, composantes, stratégie de mise en œuvre » ; « Projet tourbière du Bassin du Congo : résultats attendus par axe de travail » présenté par les Chargés de Programme UNEP-Nairobi, Fabrice Inkonkoy, Johannes Refisch et Simon Tanios. Suivis des débats animés par le Chef de l’Unité de Gestion des Tourbières, MEDD, Jean Jacques Bambuta ; « Cadre stratégique de gestion des tourbières et Feuille de route nationale » par l’Expert Unité de Gestion des Tourbières, MEDD, Grégoire Baku ; « Identification des synergies opérationnelles et la planification par axe de travail » par les Chargés de Programme UNEP-Nairobi, ainsi que par Julva Lisandela, Country Fundraising et Paternship Manager, WWF-DRC, UNP-DHI et Madame Maria Nuutineen, Experte tourbières, FAO ; « Feuille de route de l’UGT », par le Chef de l’Unité de Gestion des Tourbières, MEDD, suivie des échanges et Recommandations.

Si l’on en croit les organisateurs de cette rencontre, les résultats suivants sont attendus : La présentation de l’approche opérationnelle du Projet et le cadre stratégique nationale de gestion des tourbières ; L’identification par axe de travail des synergies entre les activités du Projet et la Feuille de route nationale sur les tourbières, ainsi que le mécanisme de suivi concerté du Projet.

À titre indicatif, une nouvelle étude a permis de cartographier pour la première fois toute l’étendue d’une vaste région de tourbières au cœur du bassin du Congo. Ces tourbières stockent des quantités colossales de carbone et leur préservation est donc essentielle dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Articles récents

Retour en haut