19 juin 2024

Des manifestations sur la situation de guerre dans l’Est de la RDC : la CNDH-RDC, à travers son président, confère avec des diplomates

Dans le souci d’échanger avec des diplomates intéressés à la situation sécuritaire préoccupante de la RDC, le président de la Commission Nationale des Droits de l’Homme de la République Démocratique du Congo (CNDH-RDC), Paul NSAPU MUKULU, a entamé une série de rencontres avec des diplomates accrédités à Kinshasa sur les dernières manifestations organisées dans la Capitale congolaise et dans certaines Provinces sur la situation de guerre dans l’Est du pays. C’est dans cette optique que le numéro un de cette Institution Citoyenne d’Appui à la Démocratie a invité un certain nombre des diplomates accrédités à Kinshasa pour échanger sur les dernières manifestations organisées dans la capitale et dans certaines provinces du pays pour dénoncer l’indifférence de la Communauté Internationale sur la situation de guerre que le Rwanda, via les terroristes du M23, mène contre la République Démocratique du Congo (RDC). A appris infoplusrdc.com auprès de la Cellule de Communication de la CNDH-RDC.

C’est dans ce cadre que le président de la CNDH-RDC, Paul Nsapu, assisté de ses collègues la vice-présidente Joëlle Mbamba, et le rapporteur adjoint Paulette Lokonya, a conféré, ce lundi 04 mars 2024, avec le Secrétaire d’Ambassade des États-Unis d’Amérique en RDC, Monsieur Gabriel. C’était au siège de cette institution d’appui à la démocratie, à Kinshasa.

C’est une série d’échanges qui vient d’être lancée. D’autres rencontres sont prévues ces jours-ci, notamment avec les ambassadeurs de Belgique et de France ainsi qu’avec la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation du Congo (MONUSCO).

« (…) La CNDH-RDC a invité des diplomates accrédités à Kinshasa pour avoir le même entendement des choses sur les dernières manifestations organisées dans la capitale congolaise, dans certaines villes du pays et même à l’étranger (…) », a précisé le président Paul NSAPU.

Et d’ajouter : « (…) la CNDH, étant une institution de l’État, a une appréhension et une méthodologie des choses différentes des organisations de la Société Civile. C’est pourquoi, il faut avoir les avis de ces diplomates. Savoir si les manifestants ont déposé des mémo dans des ambassades devant lesquelles il y a eu des manifestations. S’il y a eu aussi des échanges entre les représentants des manifestants et les diplomates (…) ».

Le président de la CNDH-RDC a surtout voulu savoir s’il y a des préoccupations que ces diplomates tiennent à relever après ces manifestations, en soulignant que les manifestations pacifiques sont un droit reconnu par la loi au niveau national et au niveau international.

Pour Paul NSAPU, les droits des Congolais doivent être respectés notamment par la Communauté Internationale. Surtout que le président de la CNDH-RDC fait de la diplomatie « droit de l’hommiste » et préventive, l’une de ses priorités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Articles récents

Retour en haut