19 juin 2024

Coup d’État étouffé dans l’oeuf : la CNDH-RDC lance sa mission d’observation judiciaire pendant le procès

La Commission Nationale des Droits de l’Homme de la République Démocratique du Congo (CNDH-RDC), par le biais de son président Paul NSAPU, a lancé vendredi 07 juin 2024 sa mission d’observation judiciaire de l’affaire du coup d’État étouffé du 19 mai dernier à Kinshasa, au cours de l’ouverture du procès à la Prison Militaire de Ndolo à Kinshasa. A appris infoplusrdc.com auprès de la Cellule de Communication de cette Institution Citoyenne d’Appui à la Démocratie.

S’appliquant à fournir de plus amples explications sur cette mission, le Numéro un de la CNDH-RDC en a livré la quintessence :

« (…) L’ouverture aujourd’hui de ce procès est un bon signal (…) la CNDH-RDC est en train d’observer les différentes phases de ce procès tant attendu par le public (…) Nous allons tout simplement observer le respect des normes pour un tel procès tant pour les prévenus que pour l’État congolais représenté par le ministère public (…) La CNDH-RDC a déployé une mission d’observation judiciaire avec ses juristes et avocats, pour le couvrir. Il ne s’agit pas ici de défendre une partie contre une autre (…) », a-t-il soutenu.

Concernant la participation des étrangers, notamment les Américains dans l’organisation de ce coup d’État étouffé, le président Paul NSAPU assisté des juristes et avocats de son institution, a aussi relevé que cette préoccupation va être explorée lorsque les pays concernés vont formuler des demandes d’extradition de leurs ressortissants.

« (…) Nous ne sommes pas encore à ce stade. Lorsque nous serons là, nous allons examiner selon les accords qui puissent exister entre ces pays et la RDC, pour voir la CNDH-RDC se prononcer (…) À la fin du procès, un rapport sera élaboré et envoyé aux autres institutions pour des considérations avant sa publication (…) », a explicité Paul NSAPU.

Il sied de rappeler que les tirs avaient retenti dans la nuit du 18 au 19 mai dernier où le Palais de la Nation, siège de la Présidence de la République, ainsi que la résidence de l’actuel président de l’Assemblée Nationale, Vital Kamerhe, ont été attaquées. Selon une source officielle, une quarantaine d’assaillants, dont deux Américains et un Britannique, ont été arrêtés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Articles récents

Retour en haut