20 avril 2024

CNDH-RDC : Paul N’SAPU MUKULU élu président du bureau définitif de la deuxième mandature (2023-2028)

La Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) a élu, le vendredi 17 février 2023, les membres de son bureau définitif constitué du président Paul N’sapu Mukulu, de la vice-présidente Joëlle Mbamba Kona, du rapporteur Dieudonné Kalindye Byanjira et de la rapporteure adjointe Paulette Lokonya Sefu. A appris INFOPLUS-RDC.COM de la Cellule de Communication de cette Institution d’Appui à la Démocratie.

Outre ces membres du bureau, les coordonnateurs des sous-commissions permanentes de la CNDH ont été aussi élus. Il s’agit pour la sous-commission des Droits civils et politiques de Mr Jean-Richard Tshibanda Nduba, pour la sous-commission des Droits sociaux, économiques et culturels de Mr Remy-Paul Eale Bosela Ekakhol, pour la sous-commission des Droits collectifs de Mr Didier Dido Kimbumbu, pour la sous-commission des Droits de la femme et de l’enfant de Mme Gisèle Kapinga Ntumba et pour la sous-commission des personnes vivant avec handicap et autres personnes vulnérables dont les personnes vivant avec le VIH/Sida et les personnes de 3ème âge de Mme Véronique Ngongo Furah.

À l’issue de cette élection, le président Paul N’sapu, s’est exprimé en ces termes devant la Presse :

« (…) Je suis animé d’un sentiment mitigé. D’accord sentiment de joie, parce qu’une strate de notre société nous fait confiance pour gérer ce pays par rapport au domaine des droits humains, par rapport à la promotion de ses droits, de la protection pour tous. Une confiance exprimée par notre Parlement lors de l’enterinement de notre désignation, exprimée par le Chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, qui nous a investi par l’ordonnance présidentielle, et aujourd’hui, le collègues nous ont fait confiance en élisant à la tête du bureau de cette institution citoyenne. C’est aussi une joie de reconnaissance tant pour le travail fait pendant des longues années, abattu dans le cadre des droits de l’homme (…) Sentiment mitigé je disais, je pense en ce moment-ci à mes collègues Floribert Chebeya et tant d’autres de ma promotion avec lesquels nous avons semé cette graine de la culture du respect des droits de l’homme », a-t-il relevé.

Et de poursuivre : « (…) C’est une grande charge, nous avons accepté. Mais ensemble, je crois que nous allons réussir, nous allons relever le défi. Mais surtout en cette période où notre pays est victime d’agression des pays voisins (…) les étapes suivantes, c’est la prestation de serment déjà la semaine prochaine, avec tous les collègues devant la Cour Constitutionnelle, après interviendra la remise et reprise, et puis le travail va commencer. Il faut dire que le travail a déjà commencé, parce que nous avons des rapports sur l’ensemble du territoire national (…) ».

Avant d’ajouter : (…) Ce que je peux dire encore, c’est la joie parce que nous avons dans le bureau des femmes et dans les sous-commissions permanentes de la CNDH, ainsi que des jeunes. Content puisse que le Chef de l’État et les autorités du pays font la promotion de la masculinité positive et le respect de certaines valeurs de dignité humaine (…) ».

Abondant dans le même sens, la vice-présidente Joëlle Mbamba a exprimé sa joie et sa satisfaction : « (…) Nous nous sommes rendu compte que cette institution a respecté et a veillé au respect de la masculinité positive prônée par le Chef de l’État, en mettant en exergue, en avant la femme. Si vous vous rendez compte, nous avons comme membres du bureau deux hommes et deux femmes, et à des fonctions clés, comme moi-même qui suis vice-présidente et la prise en compte de la jeunesse. La tranche d’âge des jeunes que nous représentons est considérée et nous pensons que c’est une grande et une forte avancée par rapport aux droits de l’homme, spécifiquement aux droits des femmes dans notre pays (…) ».

« (…) L’objectif principal est d’hisser cette institution a la place qu’elle mérite, à travers ses deux axes d’action : la promotion et la protection des droits de l’homme, travailler pour l’émergence d’un État de droit tel que prôné par notre constitution, travailler en synergie avec le président de la CNDH que je seconde, les membres du bureau et les coordonnateurs des sous-commissions permanentes pour faire évoluer tous les axes d’intervention de cette grande institution, pour qu’elle puisse redorer l’image de notre pays, et asseoir un véritable État de droit », a-t-elle renchéri.

À titre de rappel, conformément à l’article 21, alinéa 1er de la Loi Organique n°13/011 du 21 Mars 2013 portant institution, organisation et fonctionnement de la CNDH-RDC, une séance des signatures du Règlement Intérieur de cette Institution d’Appui à la Démocratie avait eu lieu lors de sa séance plénière le 6 février dernier, en présence notamment, de tous ses membres nouvellement investis par l’Ordonnance présidentielle le 31 janvier 2023. Une séance faisant suite à celles antérieures ayant eu lieu du 1er au 04 février 2023 après l’investiture des membres de la CNDH par le Chef de l’État, Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Articles récents

Retour en haut