24 mai 2024

CNDH-RDC : le processus électoral au cœur d’une rencontre entre le président Paul N’SAPU MUKULU et une délégation du Centre Carter

Le président de la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH-RDC), Paul N’SAPU MUKULU a reçu vendredi 03 mars 2023 à Kinshasa, une délégation du Centre Carter. En toile de fond de leurs échanges, le processus électoral en République Démocratique du Congo (RDC). A appris INFOPLUS-RDC.COM auprès de la Cellule de Communication de la CNDH-RDC.

Composée de Cyril Kulenovic (Voter Registration Expert), Andrieu Sola Martin (Electoral and Political Expert) et Francis Buhendwa (Analyste Juridique Politique), cette délégation du Centre Carter a déclaré par le biais d’un de ses membres que le Centre Carter est préoccupé par le calendrier électoral de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) de la RDC, si cette Centrale Electorale sera prête à organiser les élections dans le délai prévu, au regard des contraintes logistiques, de la situation à l’Est du pays, ainsi que par les finances et les mécanismes que la CNDH-RDC peut prendre pour mettre tous les acteurs politiques et sociaux autour de la table.

Rendant l’ascenseur, le président de la CNDH-RDC, Paul N’SAPU MUKULU a souligné que la situation des Droits de l’Homme est  très préoccupante en RDC. En témoigne l’agression rwandaise contre la RDC sous couvert du mouvement terroristes dit M23.

« (…) les graves violations des Droits de l’Homme qui se commettent pendant la période électorale peuvent perturber la tenue prochaine des élections dans le pays, ce qui intéresse la CNDH, dans son approche Droits de l’Homme (…) », a indiqué le président de la CNDH-RDC.

Et de poursuivre : « (…) la CNDH aura un rôle important à jouer en ce qui concerne les droits de l’homme. Dans un proche délai, nous envisageons entrer en contact avec la CENI pour revisiter le protocole de collaboration existant entre nos deux institutions, signé à l’époque de la Commission Electorale Indépendante (CEI), qui était dirigée par son défunt président, l’Abbé Apollinaire Malumalu (…) ».

Avant d’ajouter : « (…) la CNDH-RDC entend aussi organiser des activités de monitoring sur terrain, car la période électorale a toujours été jalonnée de beaucoup d’atteintes aux libertés fondamentales et aux Droits de l’Homme (…) Pour ce faire, la CNDH aura besoin d’un appui technique du Centre Carter pour la formation des observateurs de la Société Civile qui travailleront en étroite collaboration avec la CNDH, pour que nous ayons des rapports de terrain bien documentés, au lieu de tomber dans le piège de manipulation des uns et des autres (…) ».

Si l’on en croit Paul N’SAPU MUKULU, la CNDH-RDC pourra dupliquer une expérience positive que l’ancienne Institution Nationale des Droits de l’Homme avait mise en place pour former des observateurs des manifestations publiques issus de la Société Civile, en les déployant sur le terrain, doté d’un Numéro vert de téléphone pour faire la récolte de toute violation des Droits de l’Homme et des libertés fondamentales avant les élections de 2006.

Non sans demander à la délégation du Centre Carter, si elle peut aussi communiquer à son institution le rapport de leurs contacts avec la CENI sur le fichier électoral, sur les opérations d’enrôlement en cours, ou sur toute question liée au processus électoral en cours. Un rapport que la CNDH pourra utilement exploiter dans les différentes rencontres qu’elle pourra avoir avec les acteurs politiques et sociaux intéressés à la question électorale.

Structure américaine exploitant la thématique « Élection et Éducation civique », le Centre Carter a la double mission d’appuyer la Mission d’Observation Électorale CENCO-ECC et de déployer les observateurs électoraux internationaux.

À titre de rappel, lors de son discours à la Plénière inaugurale de la Deuxième Mandature, ainsi qu’à l’occasion de la cérémonie de Remise et Reprise entre l’équipe entrant et sortant de la CNDH-RDC, le président Paul N’SAPU MUKULU a rappelé qu’en pleine année électorale, cette Institution d’Appui à la Démocratie devrait se préparer à jouer pleinement son rôle d’accompagnement du processus électoral en garantissant et sauvegardant les droits et libertés publiques y relatifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Articles récents

Retour en haut