19 avril 2024

Affaire assassinat des experts de l’ONU : sur invitation de l’Auditorat Général des FARDC, le président de la CNDH-RDC a pris part à une séance d’interrogatoire du présumé auteur (Communiqué de Presse)

À travers un Communiqué de Presse N°004/CNDH/PRES/PNM/SP/01/2023, rendu public le 21 avril 2023 portant la signature du président Paul NSAPU MUKULU, la Commission Nationale des Droits de l’Homme de la République Démocratique du Congo (CNDH-RDC) porte à la connaissance de l’opinion publique que « dans le cadre de ses attributions, en vertu des dispositions des articles 30 et 31 de la loi organique n°13/011/ du 21 mars 2013, portant institution, organisation et fonctionnement de la CNDH, par le canal de son président, SEM Paul NSAPU MUKULU, a pris part ce 21 avril 2023 à 16h 15, sur invitation de l’Auditorat général des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) à une séance d’interrogatoire de Monsieur Kazumba Luaba, alias « Lance-roquette », âgé de 26 ans, auteur présumé de l’assassinat de Monsieur Michael J. Sharp et Madame Zaida Catalan, experts de l’ONU ». Peut-on lire dans ce Communiqué dont la copie est parvenue à la Rédaction d’infoplusrdc.com

« Lors de cet interrogatoire, Monsieur Kazumba Luaba, alias Lance-roquette, est passé aux aveux en précisant que c’est bien lui qui avait tiré sur les deux experts, et par la suite, coupé la tête de l’une des victimes et l’avait emporté pour présenter aux commanditaires de cet ignoble crime ». Poursuit ledit Communiqué de Presse.

Avant d’ajouter : « Cet acte odieux s’était produit, le 12 mars 2017, lorsque ces experts étaient en pleine enquête dans l’affaire KAMUINA NSAPU dans la Province du Kasaï Central ».

« La CNDH-RDC, tout en félicitant la justice militaire de poursuivre le procès enclenché par le double assassinat de ces experts onusiens, a recommandé à cette même justice de tenir compte des conditions carcérales du suspect ». Conclut le Communiqué de Presse.

Opposant de 2016 à 2019, les partisans de la famille du Chef coutumier KAMUINA NSAPU aux Forces de Sécurité dans le Territoire de Dibaya, ce conflit s’est ensuite répandu sur l’ensemble de l’espace kasaïen, comprenant les Provinces du Kasaï, du Kasaï-Oriental, du Kasaï-Central, de la Lomami et du Sankuru.

Il sied de noter que la CNDH-RDC est aussi une institution qui conseille les autres institutions classiques notamment, le Gouvernement en ce qui concerne les questions des Droits humains. Le Président Paul NSAPU MUKULU ne cesse de marteler que cette institution est donc le miroir de la RDC par rapport à cette question des Droits de l’Homme. Car cette Institution Citoyenne d’Appui à la Démocratie collabore avec les autres institutions classiques sur base des rapports qu’elle a, sur base de tout le travail qui est fait dans la gestion de cette question qui touche à la sécurité du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Articles récents

Retour en haut