16 juillet 2024

Situation sécuritaire préoccupante dans le Nord-Kivu : condamnant l’offensive du M23 soutenu par l’armée rwandaise, le Conseil de Sécurité de l’ONU a réitéré son plein soutien à l’unité, la souveraineté et à l’intégrité territoriale de la RDC (Revue de presse)

Les journaux parus ce mardi 13 février 2024 reviennent notamment sur la situation sécuritaire préoccupante dans la province du Nord-Kivu et les manifestations qu’elle a suscitées ces derniers jours dans la capitale congolaise. A constaté infoplusrdc.com

« L’Avenir » rapporte à sa Une : « Alors que les Congolais manifestaient à Kinshasa lundi 12 février 2024 devant l’Ambassade de la Pologne pour dénoncer les récents propos du Président polonais, Andrzej Duda, affirmant que son pays soutiendrait le Rwanda en cas d’attaque contre le pays de Kagame et exigeait l’expulsion du diplomate, l’armée rwandaise a affiché un mépris total aux appels des Occidentaux pour son retrait, en utilisant des missiles solair pour larguer au moins une bombe sur Goma, chef-lieu de la Province du Nord-Kivu ».

Ce quotidien ajoute qu’un « missile sol-air présumé des Forces de défense rwandaise (RDF) » a visé le 6 février dernier, sans l’atteindre, un drone d’observation de l’ONU, selon un document confidentiel de l’ONU consulté par l’AFP. Il aurait été tiré depuis un véhicule blindé dans une zone contrôlée par le M23.

Citant « L’intelligence française », l’Agence France Presse (AFP) affirme que « les renseignements militaires extérieurs français confirment que le véhicule blindé de type WZ551, équipé d’un système de missile solair, est rwandais ». Et de préciser que deux photographies aériennes sont jointes au rapport où l’on peut y voir un véhicule blindé à six roues avec, déployé sur son toit, un système de radar et de lance-missiles. Ces photographies ont été prises à environ 70 km au nord de Goma, au nord du territoire de Rutshuru, par le drone qui a été visé par le missile, explique L’Avenir.

Pendant ce temps à Kinshasa, malgré la condamnation vigoureuse du Gouvernement après les manifestations, la semaine dernière, contre la MONUSCO, l’ambassade des États-Unis, la structure Canal + et bien d’autres, les manifestants ne décolèrent pas, relève « La tempête des Tropiques ». Lundi 12 février 2024, une nouvelle manifestation ciblant les représentations diplomatiques et certaines organisations internationales pour dénoncer leur « complicité » dans la crise sécuritaire à l’Est du pays a encore eu lieu à Kinshasa, note le tabloïd.

Il explique que les manifestants, composés en majorité des conducteurs de taxis-motos (Wewas), ont mis le feu à proximité du Centre culturel américain. Les activités socioéconomiques ont été partiellement paralysées au centre-ville. Un dispositif important de la police nationale congolaise a été déployé pour disperser ces Congolais qui n’approuvent pas l’attitude de la communauté internationale dans les tueries à l’Est. Les drapeaux de l’Union européenne plantés sur le toit de l’hôtel Memling ont été arrachés. Le Gouvernement, par l’entreprise du ministre des Affaires étrangères, Christophe Lutundula, a condamné vigoureusement ces actes de violence et a annoncé qu’une enquête sera diligentée pour faire toute la lumière sur ces incidents.

La police a fait usage de gaz lacrymogène pour stopper et disperser ces manifestants, précise RFI.

Les écoles consulaires notamment les écoles française, américaine et belge, signale « RADIOOKAPI.NET », ont fermé leurs portes par précaution, au lendemain des manifestations violentes contre des représentations diplomatiques et la MONUSCO. D’autres écoles internationales ont également pris la décision de fermer exceptionnellement.

Après des manifestations devant les sites diplomatiques à Kinshasa, le gouvernement Congolais, rapporte « L’AVENIR », décide de prendre des mesures sévères à l’encontre des fauteurs des troubles. Au terme d’une réunion avec les services de sécurité, le VPM Peter Kazadi entend réguler autrement la situation.

Sur ordre du VPM Peter Kazadi, renchérit « FORUM DES AS », plus de badauds ni de taxis-motos au Centre-ville dès ce mardi.

Le volet sécuritaire de ce panorama de la presse, nous amène dans les colonnes du journal « L’AVENIR » qui rapporte en sa Une : « Alors que les Congolais manifestaient à Kinshasa lundi 12 février 2024 devant l’Ambassade de la Pologne pour dénoncer les récents propos du Président polonais, Andrzej Duda, affirmant que son pays soutiendrait le Rwanda en cas d’attaque contre le pays de Kagame et exigeait l’expulsion du diplomate, l’armée rwandaise a affiché un mépris total aux appels des Occidentaux pour son retrait, en utilisant des missiles solair pour larguer au moins une bombe sur Goma, chef-lieu de la Province du Nord-Kivu ». Ce quotidien ajoute qu’un « missile sol-air présumé des Forces de défense rwandaise (RDF) » a visé le 6 février dernier, sans l’atteindre, un drone d’observation de l’ONU, selon un document confidentiel de l’ONU consulté par l’AFP. Il aurait été tiré depuis un véhicule blindé dans une zone contrôlée par le M23.

Situation sécuritaire dans l’est encore. Le Président sud-africain Cyril Ramaphosa a ordonné hier lundi le déploiement de 2900 membres des Forces de défense nationale sud-africaines en RDC pour lutter contre les groupes armés illégaux dans l’Est du pays. C’est dans le cadre de l’obligation internationale de l’Afrique du Sud envers la mission de la SADC et soutenir la RDC, a expliqué la Présidence sud-africaine sur son compte X, consulté par « RADIOOKAPI.NET ».

Pendant ce temps, le Conseil de sécurité de l’ONU condamne l’offensive du M23 dans l’est de la RDC. Par la même occasion, affirme « RADIOOKAPI.NET », les membres du Conseil de sécurité ont réitéré leur « plein soutien » à l’unité, la souveraineté et à l’intégrité territoriale de la RDC.

L’Assemblée nationale valide les pouvoirs des députés provisoirement élus : Grand titre paru à la Une d’ « OKAPINEWS.NET ».
Dans une approche descriptive, ce média de la mission Onusienne en Rdc, peint les grandes lignes de la plénière d’hier à la chambre basse du Parlement, et note : l’Assemblée nationale a validé ce les pouvoirs des députés provisoirement élus, province par province.

A l’examen du rapport de vérification des pouvoirs de 32 élus du Sud-Kivu, renchérit ELECTIONS.NET, Christophe Mboso a mis en application l’arrêt de la Cour constitutionnelle portant interdiction du cumul des fonctions pour ministres et autres personnalités assumant des fonctions d’Etat.
Pour les concernés, il faut d’abord valider leurs pouvoirs et leur laisse 8 jours pour opérer un choix entre l’exécutif et le législatif.
Ce à quoi le bureau a accédé.

Contentieux législatifs : les arrêts de la Cour Constitutionnelle attendus avant le 23 Mars. Selon « FORUM DES AS », la Cour constitutionnelle siégeant, hier lundi en matière de contestation des résultats des législatives nationales a promis de rendre ses arrêts avant le 23 mars 2024 sur les 81 requêtes introduites en rapport avec les élections organisées en décembre en RDC.

Le gouvernement Sama Lukonde devra bientôt se vider de ses membres, révèle « « MÉDIA CONGO ». Plusieurs ministres élus députés sont obligés de démissionner de l’exécutif central pour garder leurs sièges à l’Assemblée nationale.

Selon « ACTUALITÉ.CD », l’Assemblée nationale a procédé hier lundi, à la validation des pouvoirs des élus.
D’après le journal « L’AVENIR », les ministres-députés ont 8 jours pour opérer un choix entre l’exécutif et le législatif.

Dans le reste de l’actualité, après son installation, le bureau d’âge de l’Assemblée provinciale de Kinshasa a tenu hier lundi sa première plénière. Sous la présidence d’Amous Mbokoso Honoré, indique « DEPECHE.CD ». Cette séance plénière a été suspendue afin d’élaguer les contradictions constatées dans le calendrier des matières inscrites à l’ordre du jour.

Les joueurs de l’équipe nationale de la RDC ont été reçus hier lundi soir par le Président Félix TSHISEKEDI après avoir décroché la quatrième place à la Coupe d’Afrique des Nations. Lors de cette rencontre, rapporte « ACTUALITÉ.CD », le Chef de l’État a exprimé sa fierté pour leur performance sportive, mais a également souligné un geste remarquable qui a marqué les esprits.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Articles récents

Retour en haut