21 juillet 2024

Processus de Paix de Nairobi : La RDC et le Burundi sont comme l’arbre et l’écorce (Évariste Ndayishimiye)

Arrivé dimanche 27 août à Kinshasa pour une visite officielle de deux jours, le Président de la République du Burundi Évariste Ndayishimiye, Président en exercice de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC), a eu une séance officielle de travail avec son homologue congolais, Félix TSHISEKEDI, lundi 28 août au Palais de la Nation. A appris infoplusrdc.com de sources officielles.

A l’issue de leur rencontre en tête-à-tête, les deux Chefs d’Etat ont donné un point de presse conjoint sur cette rencontre bilatérale qui intervient quelques semaines après le dernier Sommet de l’EAC) organisé à Bujumbura, au Burundi.

A la tête de l’EAC depuis juillet 2022, le Président Ndayishimiye est impliqué dans le processus de paix de Nairobi pour ramener la paix et la stabilité dans les Provinces de l’Est de la RDC.

Avec une participation de plus de 1 000 hommes, l’Armée Nationale du Burundi est engagée au sein de la Force Régionale de l’EAC (RF/EAC) pour combattre les troupes terroristes du M23 appuyées par l’Armée Rwandaise (RDF).

Le M23, « récalcitrant » au processus de paix de l’EAC dans l’Est de la RDC, a envisagé le président burundais, sera contraint au retrait.

« (…) Nous avons constaté que certains groupes armés ont accepté de déposer les armes mais, le M23 est toujours récalcitrant, c’est pourquoi nous devons nous coaliser pour le contraindre à se désengager, à respecter le cessez-le-feu et aller pour le centre de cantonnement, afin d’ entamer le processus de démobilisation et de réinsertion (…) », a-t-il déclaré en substance.

Et d’insister : « (…) Pour nous, notre proposition est que la RDC doit recouvrer la paix. Maintenant, nous préparons un Sommet d’évaluation de la mise en œuvre des recommandations au Sommet de la fois passée qui s’est tenu à Bujumbura.
Nous prendrons donc des mesures qui s’imposent pour que le M23 respecte le processus de paix (…) ».

Avant d’ajouter : « (…) Le M23 est toujours récalcitrant (…) La région a décidé de venir appuyer les efforts du gouvernement congolais. Ce n’est pas seule la RDC qui est sensée traquer les groupes armés, nous sommes tous concernés (…) Le Burundi est un allié privilégié de la RDC (…) La RDC et le Burundi sont comme l’arbre et l’écorce : vous attaquez l’un, vous attaquez l’autre (…) ».

Pour sa part, le Président TSHISEKEDI a affirmé que la RDC est « au stade d’observation », avant de déplorer « le laxisme des contingents de l’EAC qui laissent même les terroristes M23/RDF percevoir des taxes ».

Le Chef d’Etat congolais s’est dit prêt à « tirer les conséquences lors du prochain Sommet de l’EAC ».

Bien que privilégiant la démarche diplomatique, le Numéro Un Congolais a soutenu que la guerre n’est pas exclue, mais ça dépendra des ennemis appelés à la raison.

« (…) Nous tendons la main. Si la main n’est pas saisie, on changera de comportement. On ne peut pas rester sans réaction (…) Notre souci est de ramener les populations victimes de l’agression rwandaise dans leurs localités (…) Nous préparons nos Forces de Défense et de Sécurité », a mentionné le Président TSHISEKEDI.

Auparavant, un Protocole de Défense et de Sécurité RDC-Burundi avait été signé, en présence des deux Chefs d’Etat, respectivement par le Vice-Premier Ministre congolais de Défense, Jean-Pierre Bemba, et le Ministre burundais de la Défense, Alain Tribert Mutabazi.

Leur échange de signataires a été suivi de la lecture du communiqué sanctionnant la visite de travail de 48 heures du Président burundais, par le Vice-Premier Ministre en charge des Affaires Étrangères, Christophe Lutundula.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Articles récents

Retour en haut