20 juillet 2024

PNUD-RDC : « Dans notre mandat, il y a un élément fondamental qui nous caractérise, c’est notre ambition de contribuer à la réduction de pauvreté dont les efforts ne peuvent être déployés que par plusieurs acteurs » (Damien MAMA)

Le Représentant Résident du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) en République Démocratique du Congo (RDC), Damien Mama, a, lors d’une conférence de presse qu’il a animée, jeudi 16 novembre 2023 à Kinshasa, mis en exergue les efforts déployés par le PNUD concernant les thématiques d’intervention de cet organisme onusien dont la lutte contre la pauvreté. A constaté infoplusrdc.com

« (…) Face à la presse, nous voulons mettre en lumière les thématiques d’intervention du PNUD. Dans notre mandat, il y a un élément fondamental qui nous caractérise, c’est notre ambition de contribuer à la réduction de pauvreté dont les efforts ne peuvent être déployés que par plusieurs acteurs notamment le gouvernement, les institutions et le secteur privé qui est le réservoir d’emplois et la principale source de création des richesse d’un pays (…) Les pays qui se développent, sont ceux qui réussissent à établir les ponts entre l’Etat et le secteur privé qui est le plus gros contributeur en matière de pourvoyeur des richesses (…) », a souligné le Représentant Résident du PNUD en RDC.

Et de poursuivre : « les questions de réduction de la pauvreté, de création des richesses, de développement, et des transformations économiques sont actuellement au centre d’un partenariat renforcé entre le PNUD et la Fédération des Entreprises du Congo (FEC) qui poursuit son chemin afin d’améliorer la gouvernance et la structuration des entreprises du Congo et renforcer le dialogue entre le gouvernement et le secteur privé (…) Ce partenariat a été matérialisé en 2021 par la mise en route du projet d’appui au renforcement des capacités institutionnelles et de gouvernance de la FEC (…) ».

Avant d’ajouter : « (…) Le PNUD a plusieurs autres projets dans le domaine économique avec les ministères des Finances, du Plan, et de l’Economie (…) Fondamentalement leur matérialisation est susceptible de transformer un pays comme la RDC dont le potentiel est énorme (…) ».

Revenant sur le Programme de Développement Local dédié aux 145 Territoires (PDL-145T), Damien MAMA a, encore une fois, éclairé la lanterne des médias :

« (…) Le Gouvernement ayant lancé de vastes chantiers d’infrastructures à travers le PDL-145T, il est impérieux de renforcer la qualité des ressources humaines à tous les niveaux afin de créer les conditions pour la transformation des économies locales (…) Le PDL va au-delà des infrastructures, c’est toute une dynamique de développement qui est amorcé à des endroits où l’État a été absent pendant longtemps. Donc, le PDL vient restaurer la présence de l’État et la présence des services (…) ».

Et de rappeler : « (…) le PDL-145T est un programme initié et adopté en décembre 2021 par le Gouvernement afin d’impulser une croissance inclusive et un développement humain durable. Ce, pour réduire les inégalités spatiales et transformer les conditions et cadres de vie des populations congolaises vivant dans les territoires ruraux jusque-là mal desservies par les infrastructures et services sociaux de base (…) Le PNUD exécute ce programme dans les Provinces de la Tshuapa, de la Mongala, du Bas Uéle, du Sankuru, du Kasaï, de la Tshopo, du Maniema, du Tanganyika et du Sud Kivu (…) Les premières réceptions des infrastructures au bénéfice des populations seront livrés d’ici la fin de l’année en cours (…) Le PDL-145T, c’est au-delà des infrastructures ! C’est aussi toute une dynamique de développement qu’on veut enclencher : les routes de desserte agricole, l’eau, l’électricité et la relance de l’économie locale (…) ».

Avant de rajouter : « (…) En mettant en place cet important programme destiné aux populations, l’objectif du Chef de l’Etat ne se limite pas à construire des infrastructures mais à déclencher une nouvelle dynamique de développement durable qui permet aux congolaises et congolais de booster l’économie locale (…) Dans la mise en œuvre du PDL-145T, Le PNUD fait face à certains défis de taille ont largement contribué au retard des travaux, notamment de l’accessibilité difficile des sites par manque d’infrastructures routières, de la rigueur dans les choix des entreprises afin d’éviter au maximum les risques fiduciaires, des difficultés d’accès aux garanties bancaire par certaines entreprises (…) Le PNUD exécute ce programme sur la base d’un accord de partage de coût qui a été signé avec le Gouvernement de la RDC (…) ».

Concernant la thématique gouvernance locale et fiduciaire, Damien MAMA a mentionné que le PNUD a contribué au renforcement du système judiciaire avec la mise en place des Tribunaux de Paix. Ceci en rapport au cycle des programmes qui prendra fin l’année prochaine. Il s’est exprimé en ces termes :

« (…) Nous avons réussi à contribuer à l’amélioration des conditions de travail des magistrats par la digitalisation des prisons en RDC, ayant fait ses preuves et la sensibilisation des femmes et des hommes à connaitre leurs droits et devoirs, et à jouer le rôle de surveillance des citoyens en vue d’améliorer la gouvernance du pays (…) ».

Abordant la thématique sur la lutte contre les violences faites aux femmes et à leur autonomisation socioéconomique, Damien MAMA a martelé que le pays ne peut se permettre de laisser de côté sa population féminine, étant actrice du développement.

« (…) Le travail fait par le PNUD, a permis dans le cadre d’un projet avec les autres agences des Nations unies, la réinsertion socioéconomique de la promotion du leadership féminin notamment la prise en charge médicale, psychologique et juridique de plus de 40.000 survivantes des victimes des violences sexuelles dont 60% de mineurs et la réinsertion socioéconomique de plus de 3.000 acteurs hommes et femmes (…) La lutte contre les violences sexuelles est une question de droit, c’est un impératif qui nous interpelle tous, le PNUD n’est pas seul dans le domaine, il y a bien d’autres acteurs du système des Nations unies, les organisations bilatérales qui y contribuent mais aussi surtout le gouvernement parce que grâce au panel conjoint qu’on a fait, le gouvernement a adopté récemment, une décision de mettre en place un centre intégré, multisectoriel du service pour la prise en charge des femmes victimes des violences basées sur le genre (…) Nous sommes contents et fiers puisse que le dialogue politique qui est structuré autour du partenariat entre le gouvernement de la RDC et le PNUD permet d’avancer sur des efforts majeurs (…) », a-t-il mentionné.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Articles récents

Retour en haut