23 juillet 2024

Ouverture de la 1ère édition du Forum Régional des Juges et Hauts Magistrats Francophones sur le VIH, les Droits humains et les populations clés : La CNDH-RDC est la maison du peuple qui reçoit tout le monde, toutes tendances confondues, dixit Paul NSAPU MUKULU

Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo abrite du 28 au 29 novembre 2023, la 1ère édition du Forum Régional des Juges et Hauts Magistrats Francophones sur le VIH, les Droits humains et les populations clés (FRJA/ARJF) dont les travaux ont été ouverts officiellement mardi par le Vice-Ministre de la Justice, Thaddée Mambu Lau Mbemba. A constaté infoplusrdc.com

Si l’on en croit les organisateurs, l’objectif primordial de ce Forum est de renforcer la coopération Sud-Sud dans la lutte contre la stigmatisation et la discrimination dans le cadre de la lutte contre le VIH et la protection des droits des minorités sexuelles et de genre et d’autres populations clés.

Organisées par le Ministère de la Justice et Garde des Sceaux et la Commission Nationale des Droits de l’Homme de la République Démocratique du Congo (CNDH-RDC), avec l’appui technique du Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD), ces assises s’inscrivent dans le cadre du programme régional « WeBelongAfrica » du PNUD, qui vise à améliorer l’inclusion des minorités sexuelles et de genre dans les politiques et les efforts de développement nationaux, et qui est mis en œuvre notamment, en RDC et en Côte d’Ivoire.

Dans son mot de circonstance, le président de la CNDH-RDC, Paul NSAPU MUKULU, est revenu sur la mission de son institution :

« (…) La CNDH-RDC souhaite intensifier cette campagne pour faire de plaidoyers auprès des autorités et pour aider la population de la RDC à vivre dans l’inclusivité et le respect mutuel avec tous les groupes marginalisés afin que tous les citoyens aient le même accès aux services publics, y compris notamment la santé, l’éducation, l’emploi et la protection (…), a-t-il mentionné.

Et d’enchaîner : « (…) La CNDH milite pour la prise en compte des droits des groupes marginalisés. Elle ne fait pas de jugement de valeur, mais milite plutôt pour que les droits des groupes marginalisés soient pris en compte (…) Notre institution va continuer la sensibilisation de toutes les parties prenantes, car les groupes qui sont marginalisés méritent le respect mutuel et la protection de toutes les structures étatiques (…) ».

Avant de lancer un appel et de rassurer : « (…) Les êtres humains doivent coexister pacifiquement en dépit de leurs différences. C’est pourquoi, je crois en votre qualité des participants à ce forum, dont les juges et les éducateurs civiques, une rencontre qui constitue une occasion pour des échanges riches et des pertinentes expériences afin de faire avancer notamment la cause de ces marginalisés parmi lesquels les personnes LGBTQIA+(…) La CNDH est la maison du peuple qui reçoit tout le monde, toutes tendances confondues (…) ».
l
Auparavant, la Directrice Pays de l’ONU SIDA, Dr Susan KASEDDE Muwanse, a, lors de son intervention, circonscrit le cadre de cette rencontre :

« (…) La RDC avec les autres pays présents vont profiter de l’opportunité de se mettre ensemble pour apprendre ensemble et réaliser alors notre devoir envers nos collègues, nos compatriotes et bien sûr pour exercer notre leadership dans le monde pour montrer comment nous pouvons transformer la situation en Afrique sur la base des droits humains bien respectés et bien protégés (…) », a-t-elle relevé.

Et d’expliciter : « (…) L’ONU Femme et la RDC se sont fixées le même objectif de mettre fin au VIH-Sida d’ici 2023. Ces travaux de deux jours vont donc permettre aux participants de poser la question sur la suffisance des actions jusque-là réalisées pour atteindre cet objectif et de faire respecter les droits humains notamment pour les groupes marginalisés (…) ».

Pour sa part, le Représentant Résident du PNUD en RDC, Damien MAMA, s’est réjoui de la tenue de ce Forum :

« (…) 50 juges et hauts magistrats francophones sont en concertation à Kinshasa du 28 au 29 novembre 2023 pour renforcer la coopération Sud-Sud dans la lutte contre le VIH (…) dans le cadre du programme régional #WeBelongAfrica du PNUD (…) Guidée par le principe de ne laisser personne de côté, l’action du PNUD vise à protéger les minorités et à créer les conditions propices à leur plein épanouissement au sein de leurs communautés (…) », a-t-il souligné.

Et de rappeler : « (…) Le PNUD est associé à ce forum depuis 2014 et d’autres associations à ces genres de forum liées à son mandat sur le principe de ne laisser personne à côté (…) En tant qu’agent de Nations unies et de développement, le principe de ne laisser personne de côté nous amène à déployer tous les efforts possibles pour que (surtout en matière de VIH-Sida) les personnes qui risquent d’être mise de côté ou de souffrir de la discrimination et de la stigmatisation puissent être protégées (…) L’objectif de cette rencontre est surtout de permettre aux pays africains de mettre sur la table les bonnes expériences et les bonnes pratiques qui peuvent nourrir les efforts à l’échelle de chaque pays. Je sais qu’en RDC, il y a beaucoup de choses à apprendre et la RDC est prête à apprendre des autres pays (…) ».

Avant de rassurer : (…) Il y a encore beaucoup à faire pour respecter les droits humains, assurer la dignité humaine (…) Ces travaux de deux jours constituent l’opportunité de relever les approches efficaces pour notamment changer la situation ou comment transformer la situation en Afrique sur la base des droits humains (…) ».

En lançant les travaux de ces assises, le Vice-Ministre de la Justice, Thaddée Mambu Lau Mbemba, s’est exprimé en ces termes :

« (…) la discrimination constitue de nos jours un des obstacles majeurs à l’accès aux services de prévention, des soins et traitement en rend certains groupes de plus en plus vulnérables. Les inégalités dans toute leur diversité anéantissent les efforts déployés pour mettre fin au Sida (…) L’exclusion des populations clés aux services publics et privés sont des barrières susceptibles d’empêcher la jouissance de certains droits fondamentaux ; ce qui accentue irréversiblement la vulnérabilité et la pauvreté, à cultiver le désespoir, à enraciner la criminalité et à perpétuer les violences de toute nature envers ces populations (…) J’encourage l’initiative du Pnud pour le soutien de la tenue de ce forum des juges et qu’il soit organisé dans d’autres pays francophones pour les années à venir autant qu’il soit envisagé la tenue des forums combinés francophones, lusophones et anglophones (…) ».

Il sied de noter qu’à l’issue de ces travaux ce mercredi 29 novembre 2023, il est attendu la mise en place d’une plateforme de juges et hauts magistrats francophones pour l’échange et le partage d’expériences sur les cadres juridiques et les pratiques judiciaires pour promouvoir l’égalité et la non-discrimination à l’égard des personnes vivant avec le VIH, des populations clés et des minorités sexuelles et de genre.

Grosso modo, les participants sont invités à rédiger des articles en rapport avec et/ou basés sur les dialogues qui ont lieu pendant la réunion, en vue de leur publication dans un recueil qui sera mis à disposition sur la plateforme de la communauté de pratique.

À titre de rappel, le Forum Régional des Juges Africains (FRJA/ARJF), soutenu par le PNUD, a été convoqué pour la première fois en 2014 en réponse au rapport de 2012 de la Commission Mondiale sur le VIH et le droit intitulé ‘’Risques, Droit et Santé’’ qui soulignait le rôle protecteur du droit dans la promotion des droits des populations marginalisées et la réduction du nombre de nouvelles infections par le VIH.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Articles récents

Retour en haut