16 juillet 2024

Création des emplois, lutte contre la faim et contribution à l’économie nationale : Patrick ONOYA éclaire la lanterne des étudiants de l’UPN en présentant le Projet « Un hectare pour un étudiant »

« Un hectare pour un étudiant : en quoi cela consiste et comment y adhérer? », c’est le thème décortiqué devant les étudiants de la Faculté d’Agronomie de l’Université Pédagogique Nationale (UPN) par le Lobbyiste et Stratège en Investissement, Patrick ONOYA, vendredi 13 octobre 2023 dans la salle K2. A constaté infoplusrdc.com

Organisée par la Coordination Estudiantine de cette Alma Mater, cette grande conférence a connu notamment, la participation du Doyen de la Faculté d’Agronomie, le Professeur Djamba Mumba.

A l’issue des échanges, Patrick ONOYA en a fait la restitution.
« (…) Il était question ici de présenter le projet un ‘’hectare pour un étudiant’’ lancé dernièrement à l’Université de Kinshasa dont le but principal est de créer des emplois, lutter contre la faim et contribuer sensiblement à l’économie nationale (…) Ce projet est une sorte de réponse des intellectuels congolais aux problèmes d’alimentation. Ces trois principaux objectifs sont : la création de la culture agricole chez l’intellectuel congolais ; la création de la culture entrepreneuriale et la création de la culture de l’investissement (…) Après l’université de Kinshasa où le concept a germé, nous étions à ULK, et aujourd’hui nous sommes à l’UPN, qui est la deuxième grande université en termes de nombre d’étudiants (…) Nous sommes ici reçus par le Doyen de la Faculté d’Agronomie, le Professeur Mumba Djamba (…) Nous avons parlé du projet un hectare pour un étudiant (…) », a mentionné Patrick ONOYA.

Et d’éclaircir : « (…) Nous sommes parti du constat que du point de vue nutritionnel, 18 enfants de 0 à 5 ans meurent chaque heure en République Démocratique du Congo, et le Professeur Djamba a réussi à bien nous faire comprendre le potentiel de la RDC et tout ce qui va avec et les étudiants ont compris qu’il fallait mettre la main dans la patte (…) J’exprime ma satisfaction du fait que la Faculté d’Agronomie de l’UPN nous ait rassuré d’apporter le maximum d’étudiants afin d’entrer dans ce grand défi de l’insuffisance alimentaire en RDC (…) Les statistiques du Programme Alimentaire Mondial établit que 27 millions de Congolais souffrent de la faim dans un pays qui a 80 millions de terres arables. C’est inacceptable (…) Voilà pourquoi, pour ce faire, nous allons en synergie entre intellectuels pour résoudre le problème de l’alimentation. Et à Kinshasa c’est la culture du manioc qui a été choisie car c’est celle qui évolue bien dans le Kongo Central, mais aussi nous avons décidé d’entrer dans la dynamique de l’industrie qui veut faire du manioc particulièrement le manioc panifiable, une alternative au format de blé pour la consommation du pain (…) »

Avant d’ajouter : « (…) À Songololo nous voulons cultiver 1000 hectares de manioc pour rentrer dans la dynamique du ministère de l’industrie, vous vous rappelez que l’excellence Julien Paluku a parlé de la possibilité de pouvoir utiliser la farine de manioc panifiable dans la production de pain, et nous nous rappelons que les statistiques montrent que la République Démocratique du Congo a commandé en 2022 près de 460 milles tonnes des froment des blés équivalent de 115 millions de dollars dépensés pour le pain. Et nous pensons que si nous arrivons a développer la farine de manioc panifiable ici en entrant dans la dynamique du ministère de l’industrie on peut récupérer si on se fixe un taux de consommation de 25%, 100 milles tonnes des farines de manioc (…) La prochaine étape, c’est naturellement les souscriptions, et puis la descente avec l’équipe de l’UPN à Songololo, conduite par la Faculté d’Agronomie (…) »

Corroborant les propos de l’initiateur de ce projet, le Doyen de la Faculté d’Agronomie, le Professeur Djamba Mumba, a loué le projet qu’il a qualifié de pivot de développement du pays, qui va occuper les étudiants et les aider à ancrer les notions de l’investissement et l’entrepreneuriat industrielle à travers l’agriculture. Il s’est exprimé en ces termes : « (…) Je suis très content qu’un étudiant ait un hectare où il peut cultiver le manioc. Ce sera une très bonne chose. Comme agronome, nous sommes la composante technique. J’aimerais que tous les étudiants puissent souscrire à ce projet qui est d’une grande valeur (…) Nous aimons tout premièrement ce projet. C’est un projet qui nous a beaucoup plus marqué, parce que nous en avons entendu parler à l’UNIKIN, et nous avons tout fait pour que les étudiants de l’UPN puissent s’imprégner de ce grand projet. Nous rassurons le porteur de ce projet que la Coordination Estudiantine de l’UPN porte à ce projet un soutien indéfectible, et nous allons demander à tous les étudiants de pouvoir soutenir ce projet (…) », a-t-il souligné.

À titre de rappel, Patrick ONOYA, avait lancé officiellement le site web du projet « Un Hectare pour un étudiant » dont il est l’initiateur principal, tout en faisant la présentation de son offre. C’était samedi 30 septembre 2023, dans la salle « Local G1 » de la Faculté des Sciences Agronomiques et Environnement de l’UNIKIN, devant les étudiants et corps académiques de cette Alma Mater, ainsi que les partenaires techniques.

Dans un partenariat avec les chefs des terres, dans le Territoire de Songololo, dans la province du Kongo-Central, ce projet a reçu 100 milles hectares. Actuellement, il est question de pouvoir s’armer des techniciens dont des agronomes qui pourront accompagner ledit projet dans sa phase pilote.

Les canaux pour atteindre le projet sont : un site internet www.unhectare-etudiant.com et une application mobile « mon Hectare » afin de permettre aux étudiants de toute la République Démocratique du Congo mais aussi des jeunes entre 18 et 35 ans de pouvoir souscrire.

Le projet « un hectare pour un étudiant » gravite autour de 4 composantes : les souscripteurs (1ha-2ha) ; les partenaires techniques; les chefs de terre et les partenaires financiers.

Si l’on en croit l’initiateur du projet, après les études du sol qui seront menées au courant de ce mois d’octobre, la première campagne dudit projet sera lancée au mois de décembre 2023.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Articles récents

Retour en haut